Marc Faber « Achetez de l’or, des propriétés à la campagne et des céréales, mais rester cash est très dangereux »

Le docteur Marc Faber, surnommé « Dr Doom » (Cassandre) est le fondateur de Marc Faber Limited, société de conseil financier et de gestion de portefeuille. Il est aussi le rédacteur du célèbre bulletin Gloom Boom & Doom, une publication mensuelle financière se fondant sur des tendances économiques, sociales et historiques, et faisant part d’opportunités d’investissement sortant des sentiers battus, en particulier dans des secteurs délaissés mais ayant la capacité de rebondir. Connu pour son approche contrarienne (investisseur allant à contre-courant de la tendance), Marc Faber est aussi un auteur à succès, son livre « Tomorrow’s gold, Asia’s Age of Discovery » publié en 2002 ayant été un best seller pendant plusieurs semaines sur le distributeur en ligne Amazon. En février, il a prédit des temps difficiles pour l’économie américaine et a suggéré d’acquérir de l’or et des propriétés à la campagne.

Capital.fr : Les investisseurs sont actuellement déboussolés et ne savent pas dans quels types d’actifs investir. Pourriez-vous nous livrer quelques pistes d’investissement ?

Marc Faber : Je recommanderais à un riche particulier, qui aurait 100 millions de dollars à investir, de faire la part belle à l’immobilier asiatique, pouvant représenter entre 25% et 30% de son portefeuille, et aux actions, à hauteur de 25%. Les marchés boursiers émergents, notamment asiatiques, sont à privilégier. Alors que de nombreux pays émergents franchissent le seuil du développement, les marchés dits « frontière » [idée de « front pionnier », NDLR] offrent beaucoup de potentiel. En Chine, le décollage économique des régions rurales a pris le relais du développement côtier. De même, je vois un potentiel important pour la Mongolie, qui s’est ouverte au Monde après l’effondrement de l’Union soviétique en 1989, et fait des étincelles depuis cinq ans. Le pays, avec ses 2,5 millions d’habitants seulement, son territoire immense et ses ressources abondantes, a les atouts pour devenir l’Arabie saoudite de l’Asie. Dans le désert de Gobi, il y a beaucoup d’or, de charbon, de cuivre, et de nombreux gisements devraient être découverts à l’avenir. Oulan Bator veut développer les mines du pays, attirer les capitaux étrangers,… Outre l’immobilier asiatique et les actions, je conseillerais aussi à un riche investisseur d’accumuler progressivement de l’or, pouvant représenter entre 10% et 15% de ses avoirs, des obligations d’entreprises à hauteur de 20% et un certain volant de liquidités.

Mais s’il ne devait choisir qu’un placement à horizon 2020, il devrait sélectionner l’or.


Capital.fr : Dans l’univers des actions, quels secteurs et quels régions faut-il privilégier ?

Marc Faber : Il faut se concentrer sur les entreprises versant des dividendes confortables, dans des métiers peu cycliques. Comme les biens de consommation, les services aux collectivités, l’énergie et les banques, deux secteurs très porteurs en Asie, la distribution et les valeurs foncières. Il faut surpondérer les pays émergents, dont la production de biens représente déjà plus de 50% de celle de la planète. On pourra s’intéresser à l’Asie centrale et à la Russie. Même si une correction n’est pas exclue sur les marchés actions émergents au cours des prochains mois, la tendance reste très positive à long terme.

Capital.fr : Vous avez récemment évoqué un risque de krach en Chine…

Marc Faber : Il y a des signes de ralentissement en Chine et on ne peut pas exclure un krach. La bulle immobilière menace d’éclater. Une chute brutale des prix du foncier aurait un impact majeur sur la croissance du pays.

Capital.fr : Le marché indien est-il plus attrayant ?

Marc Faber : Oui. La croissance chinoise va progressivement s’affaiblir et les perspectives inflationnistes amputeront la rentabilité des actions, alors que les valeurs indiennes offrent beaucoup de potentiel à long terme. Le sous-continent est très riche en ressources naturelles et dispose d’une large population, avec l’émergence d’une classe moyenne d’envergure, et certaines sociétés du pays sont très bien gérées. Les entreprises indiennes sont plus fiables et plus faciles à analyser que leurs homologues de l’Empire du Milieu, qui sont relativement peu transparentes. Les actions cotées à Bombay [Mumbai, NDLR] constituent ainsi un pari incontournable pour le long terme, même si leur valorisation est un peu tendue actuellement.

Capital.fr : Quelles sont les perspectives des indices actions américains ?

Marc Faber : L’indice large S&P 500 et des compartiments leaders comme les financières, les pharmaceutiques, les technologiques et l’énergie, qui représentent une part prépondérante de la capitalisation boursière du marché américain, sont passés sous leurs moyennes mobiles à 200 jours [moyenne des clôtures des 200 dernières séances, NDLR].

Un signal assez négatif, et je ne serais pas étonné qu’après une phase de hausse ce mois-ci, le S&P 500 se replie jusqu’à fin octobre ou novembre, à des niveaux qui offriront des opportunités d’achat. L’économie mondiale va continuer de ralentir, particulièrement dans les pays occidentaux, mais si les indices tombent trop bas, il y aura de nouvelles mesures de soutien gouvernementales massives, car la Fed ne peut pas se permettre une trop forte dévalorisation des actifs, qui fragiliserait les bilans des banques. En tout état de cause, mieux vaut être positionné sur des matières premières, de l’immobilier ou des actions que sur des obligations souveraines qui ne rapportent presque rien ou des liquidités. Avec le cash rémunéré près de 0%, un investisseur prend des risques, d’autant plus que le pouvoir d’achat des liquidités va progressivement se détériorer !

Capital.fr : Quels risques pèsent sur l’économie américaine ?

Marc Faber : Ce qui m’inquiète, c’est que la faiblesse de l’économie se traduira par des déficits budgétaires élevés outre-atlantique, surtout avec Barack Obama comme président. Il est probable que les déficits restent importants et que la dette continue d’enfler, jusqu’au point où le poids des intérêts devienne insupportable.

Capital.fr : Quelles valeurs refuge un investisseur doit-il détenir, comme police d’assurance en cas de scénario catastrophe ?

Marc Faber : Je recommande la détention d’or, d’argent, de propriétés à la campagne, de terres agricoles et de plantations. Le métal jaune pourrait ponctuellement chuter à 950 dollars, mais je continue d’accumuler.

Capital.fr : L’or reste donc sous-évalué, après avoir gagné près de 400% en une décennie…

Marc Faber : Le prix de l’or avait bien été multiplié par 25 dans les années 1970, donc une multiplication par 5 à partir des niveaux très déprimés de 1999-2000 n’a rien d’aberrant. Et compte tenu de la dégradation inquiétante de la situation financière des Etats sur la période, on pourrait même estimer que les cours du métal jaune sont plus attractifs aujourd’hui qu’il y a dix ans… Pour l’heure, seule une minorité d’investisseurs détient des lingots, ce qui laisse la porte ouverte à une poursuite durable de la hausse des cours.

Capital.fr : Certains intervenants ont récemment évoqué un scénario de déflation. Pourtant, le fonctionnement à plein régime de la planche à billets et l’envolée des cours des céréales devraient se traduire par des tensions inflationnistes…

Marc Faber : Les pressions inflationnistes dans les pays émergents, l’augmentation du coût de la santé, le renchérissement des denrées et l’impression massive de billets par la Fed finiront par pousser les prix vers le haut. Même si la déflation arrive, elle favorisera le lancement de nouvelles mesures de soutien et un recours accru à la planche à billets, et c’est donc l’inflation qui finira par s’installer. Plus de stimuli à la croissance est la dernière chose dont les économies occidentales ont besoin, mais pourtant elles ne s’en privent pas, les gouvernements des pays riches ayant une approche très keynésienne [soutien prioritaire des autorités à l’emploi et à la demande, NDLR]. Une telle dérive conduira à la faillite des Etats-Unis et d’autres pays riches. Les taux d’intérêt devraient tendanciellement monter pendant les années 2010, une anticipation cohérente avec l’analyse des cycles de Kondratieff [cycles de 54 ans environ sur les prix, découverts par un économiste russe, NDLR].

Capital.fr : Quel est votre scénario pour le dollar ?

Marc Faber : Washington souhaite un affaiblissement du billet vert pour soutenir la croissance. A plus court terme, la parité reste inscrite au sein d’un trading range [couloir de fluctuations, NDLR], entre 1,20 et 1,30 dollar pour un euro.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’à plus long terme, le dollar, l’euro et les autres devises papier se déprécieront face à l’or et l’argent.

Capital.fr : Quelles sont les perspectives des matières premières ?

Marc Faber : Le cacao a été très bien orienté ces dernières années, tout comme le café au premier semestre, et cet été, les céréales ont pris le relais, à l’image du blé. Je suis positif sur ce dernier compartiment, riz compris.

Capital.fr : Vous avez récemment évoqué des risques géopolitiques majeurs…

Marc Faber : Les risques géopolitiques hypothèquent le secteur financier. Face à la puissance américaine, la Chine s’affirme de plus en plus comme un acteur incontournable, ce qui génère des tensions entre les deux géants. Je suis inquiet car un jour il faudra faire face à de graves pénuries et à des problèmes d’approvisionnement en matières premières…

http://www.capital.fr/bourse/interviews/achetez-de-l-or-des-proprietes-a-la-campagne-et-des-cereales-mais-rester-cash-est-tres-dangereux-526899

Publicités

Une réflexion sur “Marc Faber « Achetez de l’or, des propriétés à la campagne et des céréales, mais rester cash est très dangereux »

  1. Pingback: Edito N°39 de Michael Debreda Rocha « La balle est dans votre camp  | «LA BOUSSOLE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s