Un appartement pour le prix d’une Toyota Corolla ?

Les conséquences de la crise des subprimes ne lassent pas de nous étonner : dans certains endroits aux États-Unis, vous pouvez vous payer un bel appartement pour le prix d’une voiture familiale. Un marché de l’immobilier sens dessus-dessous.

L’information fait grand bruit aux Etats-Unis : imaginez, ce ne sont pas spécialement des quartiers rongés par la criminalité qui proposent des maisons ou des appartements à prix cassés, on en trouve aujourd’hui dans de très bons quartiers pour le prix d’une Toyota Corolla, selon CNN Money. Ça ressemble à s’y méprendre au baratin d’un commercial, mais derrière ces tarifs avantageux se cache une sombre réalité.

Nous avons vu comment le Nevada devait faire face à une vague sans précédent de saisies de biens immobiliers, mais le même phénomène se répète à Sacramento en Californie, ou à Fort Lauderdale en Floride. A Sacramento justement, les prix ont chuté de 59 % par rapport à leur moyenne de 2007. Miami a plongé de 65 %. A Las Vegas, on trouverait 200 appartements à moins de 30 000 $ (environ 22 600 €).

Certains américains calculent que le prix d’une voiture ne s’apprécie pas, alors que celui d’un appartement si, retrouvant rapidement l’envie de faire la culbute, de se payer une résidence secondaire à moindres frais ou de déménager pour pas cher.

Mais l’opération n’est pas sans risques, et le rêve de la bonne affaire peut vite se transformer en cauchemar. L’article de CNN Money ne dit pas tout, comme le montre l’histoire récente de ce couple ayant acheté une maison saisie aux enchères, mais qui a découvert plus tard qu’ils avaient aussi acheté une hypothèque de second rang qui lui était attachée. La banque avait en plus prévu de saisir la maison pour la première hypothèque.


Résultat : des frais judiciaires inutiles, la maison perdue par plusieurs propriétaires successifs, et à la fin c’est la banque qui gagne.

Une morale de l’histoire qui aurait tendance à se répéter souvent, au pays de l’oncle Sam.

Ce drame familial rappelle en effet à notre mémoire celui d’une maison mise deux fois aux enchères alors que leurs propriétaires réclamaient à cor et à cri une renégociation de leur prêt auprès de la banque, et ce sont des milliers de cas qui se répètent à travers tout le pays.

Comme l’a déclaré le sénateur de l’Illinois avec amertume « the banks own the place », les banques possèdent cet endroit.

http://www.filefi.com/un-appartement-pour-le-prix-dune-voiture-aux-etats-unis/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s