Edito N°5 de Michael Debreda Rocha « A la poursuite du paradis perdu… »

Le drame de l’humanité, c’est la poursuite du paradis perdu.

Tout le monde veut être heureux, riche, beau et intelligent.

Alors on cherche, on suit des fausses pistes et on est prêt à endurer toutes les souffrances, dans l’espoir d’arriver à nos fins.

Cette quête étant inévitablement voué à l’échec, on souffre et on devient aigri et pessimiste.

Depuis l’enfance, on nous as inculqués (indirectement) que pour avoir réussi dans la vie, il faut absolument être un consommateur.

Bien souvent, nous n’avons pas les moyens de nous acheter toutes ces choses inutiles, alors on à l’impression d’avoir raté notre vie et on est tenté de faire des crédits pour rejoindre le « grand banquet » des consommateurs.

On à jamais autant parlé de liberté qu’à notre époque, quand on observe les gens, on réalise qu’ils sont tous esclaves de quelque chose.

Esclave de la technologie, esclave de l’amour, esclave de leur corps, esclave de leurs passions, esclave à l’alcool et autres antidépresseurs.

Et si la vraie liberté et le vrai bonheur, c’était d’être au milieu de ses moutons dans une montagne, loin du tumulte de la vie « moderne » ?

Le marché, pour survivre, à besoin d’esclaves et pas d’hommes libres.

Le marché à besoin de contrôler nos âmes et nos désirs, pour prospérer.

C’est pourquoi, j’ai toujours dis que pour se détacher de nos boulets et de nos chaînes, il faut plus que de beaux discours, il faut des actes.

Aujourd’hui, le marché du crédit arrive à saturation, le système va imploser dans les années à venir, c’est une évidence.

La question qui se pose est : « Comment allons nous vivre ce changement ? »

Dans la douleur ? Dans les regrets ? Dans le refus ?

Ou bien, on va profiter de ce moment pour mettre notre vie à plat et repartir sur de bonnes bases ?

Gerald Celente disait hier dans une interview, que le monde à besoin de gens véritablement productifs, des créatifs qui apportent du concret à l’humanité.

Le monde n’a plus besoin d’employé de banques, de spécialiste en marketing ou de consultants en tout genre.

Le monde à besoin d’artistes, de créateurs, d’inventeurs, de concepteurs.

Qui aurait encore du travail, si tout devait s’écrouler ?

Les fermiers, les ouvriers, les plombiers, les coiffeurs, les éleveurs, les épiciers, les ingénieurs, les mécaniciens, etc…

Et que deviendrais les avocats, les profs de golf,  les agents immobilier, les publicitaires ?

Ils seraient à la rue, occupé à mendier !

Depuis 2001, nous sommes rentrés dans l’époque du concret, de vrai, du tangible.

C’est fini l’époque de l’inutile, des mensonges et du superficiel.

Ceux qui ne l’ont pas compris, vont l’apprendre dans la douleur.

Au niveau économique, c’est exactement la même chose.

Très bientôt, le monde ne voudra plus de produits structurés, de fonds d’assurance complexe, de placement à du 2% sur des livret A.

Le monde voudra du VRAI !

Le vrai c’est quoi ?

C’est l’énergie (verte et gratuite), les métaux précieux, les denrées alimentaire, les objets d’art.

Tout le reste n’est qu’un « écran de fumée », destiné à disparaître aussi rapidement qu’il est apparu.

Sans aller au Macdo, la vie s’arrête ? Sans IPHONE, la vie n’a plus de sens ? Sans le dernier jeux vidéo, la vie est morose ?

Bien sûr que non !

Si vous voulez survivre à la crise, dirigez votre vie et vos investissements vers le VRAI !

Bon week-end

Michael Debreda Rocha
« Pour eux, c’est une crise financière; Pour nous, c’est une crise de civilisation »
http://www.laboussole.be

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s