Edito N°4 de Michael Debreda Rocha « L’impasse… »

Pour comprendre l’économie, il faut comprendre la psychologie humaine.

Trop de « spécialistes » sont esclaves des chiffres et des modèles mathématique.

En règle général, être un « spécialiste » est un handicap, car on vit alors dans un monde fermé, opaque et surtout limité.

Il faut voir large, avoir une vision panoramique d’une situation.

Voilà pourquoi, la culture général et la connaissance des « gens » est tellement important, quand on veut cerner un sujet en profondeur.

Pour commencer, faisons un bilan de la situation présente.

-Le rebond boursier (de Mars 2009 à Mai 2010 le CAC40 est passé de 2500 à 4000 points) à renfloué les caisses des investisseurs.(Pas du peuple, qui lui ne trouve même plus un emploi)
http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2010-07-22/le-patrimoine-des-belges-atteint-un-record-783003.php

-Les entreprises sont assis sur une masse de liquidité, mais ils n’osent pas bouger.

-Tout le monde, pense être en sécurité en détenant du cash et/ou des obligations et/ou un bien immobilier.

-Le marché ne sait pas comment gérer un terrible paradoxe, à savoir inflation du prix des matières premières (blé, cacao, or, argent, etc..) et déflation monétaire.

-Shalom Bernanke commence à dire publiquement que la situation n’est pas « rose », afin de préparer les esprits à la future grande crise.

Nous sommes donc, face à une double tragédie.

Soit, nous allons avoir une reprise économique forte (Après injections de nouveaux fonds) et alors le prix des matières premières vont exploser (Danger de crise, face à la monté des prix—-> Hyperinflation)

Soit, nous allons vivre une terrible dépression, avec une chute globale et de multiples défauts de payement.

Du côté de « La Boussole », nous sommes convaincus, que les banques centrale vont continuer à injecter des liquidités sans arrêt et tant pis pour la dette publique.

Bilan de tout ceci ?

1-Les monnaies vont dévaluer massivement face au prix de l’or et du pétrole

2-Seul les « traders » vont profiter des rebonds et des plongeons de la bourse (Ils gagnent dans les 2 sens).

3-Le peuple va voir diverses factures exploser (électricité, nourriture, plein d’essence, plus de taxes et d’impôts).

4-Le marché de l’emploi sera au point mort, car il est plus intéressant pour une société de « jouer » en bourse ou d’ouvrir des succursales en Asie, plutôt que d’embaucher en Europe.

5-Les banques auront peur d’octroyer des crédits à des particuliers en détresse, alors qu’elle peuvent gagner facilement de l’argent sur les marchés.

Qu’elle sera l’issue de tout ceci ?

Comme d’habitude….

On va nous préparer une « belle grosse guerre » qui occupera le peuple et justifiera 1001 mesures d’austérité pour défendre nos valeurs et notre sécurité.

Que faire ?

Il y’a de nombreuses pistes, mais tout dépend de votre patrimoine, de vos attentes, de votre flexibilité et surtout de VOTRE COURAGE !

Courage, car pour survivre, il faudra avoir le courage de prendre des risques et de se remettre en question, pour sortir des « sentiers battus ».

Plus d’infos dans notre section « LiveNews »
http://www.laboussole.be

Comment devenir membre de « La Boussole » ?
http://www.laboussole.be/membres

A très bientôt


Michael Debreda Rocha
« Pour eux, c’est une crise financière; Pour nous, c’est une crise de civilisation »
http://www.laboussole.be

Publicités

3 réflexions sur “Edito N°4 de Michael Debreda Rocha « L’impasse… »

  1. La rigueur va conduire à l’hyperinflation
    Cécile Chevré

    Dans le bar qui se trouve en face des locaux de MoneyWeek, tous les soirs, vous pouvez consulter un homme qui en échange de 20 euros vous tirera les cartes et y lira votre avenir.

    Par moment, nous sommes tentés de nous laisser séduire par ce genre de promesses afin d’en savoir un peu plus sur ce que l’avenir – économique – nous réserve.

    Une des questions qui nous turlupine – et vous aussi au vu des nombreux mails sur le sujet que vous nous adressez – est celle du combat entre la déflation et l’inflation.

    Nous sommes dans une situation assez inédite : une crise mondiale qui remet en cause le fonctionnement même de notre économie. Nous ne le répéterons jamais assez : le système économique tel que nous l’avons connu depuis près d’un siècle est mort et enterré.

    Les deux maîtres mots de notre économie de crise sont : rigueur et restriction de crédit.

    Purger l’économie de la dette
    L’économie de la dette implose – vous me direz, il était peut-être temps. Ce qui signifie que nous sommes dans une situation de blocage, aussi bien du côté des entreprises que des consommateurs.

    Les entreprises ont de plus en plus de mal à se financer à crédit, et sont obligées de le faire sur leurs fonds propres ou bien de lever de l’argent sur les marchés. Ce qui réduit leur capacité de croissance => donc déflation.

    Quant aux consommateurs, devant la restriction de crédits, ils sont, de fait, obligés de réduire leur consommation. Les deux tiers des achats de voitures se font à crédit. Si l’accès au crédit est moins facile, les consommateurs consomment moins => donc déflation.

    La purge de la dette passe aussi par celle de l’Etat. Et donc par une politique de rigueur. Le mot a été lâché par François Fillon en voyage au Japon – même si personne n’en doutait => donc déflation.

    Rigueur et conséquences
    Le problème c’est que le désendettement, la baisse de la consommation et la rigueur associés au fort taux de chômage créent une intenable situation de déflation.

    Les peuples sont souvent bonne pomme, sauf quand ils sont poussés à bout par une situation économique trop dégradée. Nous en avons eu l’exemple en Argentine et les émeutes en 2001-2002.

    Aujourd’hui, en Europe et aux Etats-Unis des situations tout aussi explosives sont latentes.

    La Hongrie vient de mettre le holà à l’excès de rigueur imposé par le FMI et l’Union européenne. Le pays a demandé que lui soit accordé un déficit maximum supérieur et a même rejeté l’aide du FMI. Comme l’indiquent Les Echos : « Le Premier ministre a décidé d’adopter une ligne dure vis-à-vis des réductions de dépenses demandées par le FMI pour éviter une désertion des électeurs lors des élections locales qui auront lieu le 3 octobre ».

    La Grèce connaît grève générale sur grève générale…

    Entre leurs électeurs et leurs créditeurs, les gouvernements auront toujours tendance à privilégier les premiers. Normal, ils veulent être réélus… ou du moins ne pas avoir leur tête baladée au bout d’une pique.

    L’inflation, solution ultime ?
    Face à cette montée de colère, les gouvernements, acculés, n’auront que peu de solutions. Afin de rendre la déflation plus supportable, ils vont être tentés de laisser filer l’inflation. Sauf que… personne n’a jamais su la maîtriser.

    D’autant plus que les précédents épisodes d’hyperinflation étaient circonscrits à l’intérieur de frontières. Aujourd’hui, l’économie est tellement mondialisée qu’une hyperinflation ne pourrait pas concerner qu’un ou deux pays… elle se propagerait à toutes les économies. Ce serait comme jeter une cigarette allumée dans une pinède après trois mois de sécheresse.

    Que faire pour vous en protéger ?
    La solution, vous la connaissez, l’or.

  2. Ah, ah, ah, à chaque fois que je lis ces conseils sur LA solution : l’or, je me marre !

    Quand allez vous comprendre que l’or, pas plus que les biffetons d’ailleurs, NE SE MANGE PAS !!! Entassez donc tout l’or que vous pourrez, pendant ce temps je m’occupe de mon potager ….

    Razzara

    • C’est très juste !

      C’est pour ça que nous expliquons à tous nos clients, que le moment venu, il faudra vendre au sommet pour acheter une ferme et commencer à devenir un éleveur de mouton avec des panneaux photovoltaïque sur leur toi :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s